dimanche 6 septembre 2015

Reentrée des classes (^)

Lorsque nous rentrions des grandes vacances tout le pays deja sentêt lautomne. Je ne sê(s) quelle nonchalante melancoli(e) menvahissêt. Ôcun regret pourtant; amesure que le train nous ramenêt chez nous, mon plêsir augmentêt. Jétê(s) sicur de retrouver le jardin plein dherbes avec so(n) massif de chrysantemes et de dalies, son bosquet de liles, ses sureaus, so( ) tilleul. Jy allê(s) ôssitot fêre un tour afin de minpregner de so(n)* morne abandon. Cétêt une sensation si puissante que jen dormê(s) apeine la  premiere nuiT. Il me semblêt entendre chaque arbre sefeuiller dans un chuchotement et, si la pluive tombêt, jeprouvê(s) une inmense doulceur a lecouter fraper les persienes de la chambre.

o ! ce bruit deau/daqua, ce ruisel'lment leger, cette note musical(musiquel) et chantante des goutes sur la toiture en zinc de lappentis !! Le lendemain, lair avêt une fraicheur delicieuse et la vie reprenêt, plus intime, plus savoureuse encor(e). Nous allions acheter chez le librêre des cahiers, du papier buvard en atendant de fêre emplette des livres de cours prescrits** par le nouveau profeseur. Nous demandions nous, perplexe, sil serêt plus indulgent que celui de lanne(e) precedente. Les tintements de la cloche du college etêent clairs,  presque joyeus et, pour peu qûn des camarades entre lesquels nous prenions place fut/fût sympatique, la rentree des classes soperêt sins ennui.

------------------------------------------------------------------------------------------

sureau

chuchotement

ruissellement

toiture

appentis

buvard

tintement