jeudi 26 mai 2016

ELECTRICITÉ PRODUIT POUR LA MER.

Depuis les plus anciens temps, les hommes ont revé avec profiter de l´energie des marées, laissé (qui est donnée) gratuitement par la nature. Il y a plus de 500 cinq-cents années déjà existent des machines maremotrices qui profiterent la diference de hauter de l´eau entre flux-reflux. Au jour d´hui on peut encore visiter une de cettes machines, le moulin des marées de Saint-Suliac, situé près de Saint-Malo, dans l´embouchure du fleuve Rance, dont les ingenieurs de la première grande centrale maremotrice du monde montrent aux visitantes avec fierté ce- precurseur-là, tellment si proche d´eux.
Ce fut par hassard que l´ingenieur Robert Gubrat, de 36 ans, auquel (à qui) on va lui confier en 1940 le departament d´Economie energetique du Ministère de Traveux Publiques, qui à trouvé(qui à fait la trouvaille des) les plains longtemps oubliés d´une central de ce type.
Gibrat a travaille un dock avec lequel on pouvait closer un golfe ou un bras de mèr. Unes turbines devoient transformer en energie electrique les masses de l´eau qui entrent et sortent durant la haute-bas marée.
Après de longes observations, le jeune ingenieur choisi le fleuve Rance comme emplacement de leur central, etant donné que cet endroit avait des conditions ideales. Dix kilometres avant l´embouchure dans le canal de la Manche, formait un estuare d´unes 1.000 metres amplure.
Celui-ci pourrait être utilisé comme un lac artificiel si on l´enfermait au moyen d´un dock inmediatement avant Saint-Malo. La difference entre la haut-bas marée est de 13 mètres plus que n´importe autre lieu du monde. En circonstances favorables, Le Rance absorvait durant le flux quelques 18.000 m3 d´eau par seconde.
Gibrat fonde une Societé d´Investigations privée qui devait se charger de ses plains. Plutot cette societé fut absorvé pour le consortium energetique français, "Electricité De France"(EDF).
Jules Verne de Saint-Malo, auteur d´innumerables romans tecnique-utopiques aurait se beneficier des preuves qui suivent après. Dans un port abandoné de Saint Servan, ont a construi un model exact de l´instalation prevue. Alors on decouvert qui ne serait pas si facile de construire une central electrique dans le lit d´un fleuve constantement innondé. En 1961, on a comencé les traveux dans l´embouchure. Avec des resultats du model on a decidé (ont decidé) construire deux barrages dans le fond de l´estuare qui dans cet endroit avait 750m d´amplure.
Ils ont construit des cilindres avec beton armé de 20 à 25 metres d´hauter et 9 metres de diametre de tel façon qu´il surpaient de 14m la hauteur moyen de l´eau. On a remplacé/rempli ces cilindres avec des tonnes de sable. Aprés avoir fini et fermé les deux barrages, on avait une fosse éliptique dans lequel il été posible construir une fois bombé de l´eau. Dans cette fose ont contruit la centrale electrique, elle a la forme d´un barrage de beton et l´espace de 24 tourbines. Celles-ci fonctionnent tant si l´estuare se remplit durant le flux comme si l´ont vidé durant le flux. Quand les marées ne sont pas suffisants on peut s´aider en portant de l´eau de mar à l´estuare.
Les turbines produisent quelques 540 millons de kwh annuale. La première central maremotrice du monde travaille comme si l´aurait existé déjà toujours quelque chose comme ça, comme si c´etait le plus naturel du monde.